De la vulgarité en littératurepar Aldous HUXLEY • mars 2009

En 1930, Huxley écrit, en France, De la vulgarité en littérature, considéré dans le monde anglo-saxon comme un texte important. Méditation sur l’art, la philosophie et l’histoire, les moeurs, la morale, la culture (ou l’inculture) moderne, ce texte profondément littéraire pose la question du rôle que l’écrit peut jouer dans notre société, en particulier dans

< Couverture >

Un souvenir de Lampedusasuivi de A distances multiples par Francesco ORLANDO • 1996

1953 : La rencontre du Prince Lampedusa bouleverse la vie du jeune Francesco Orlando. Lampedusa initie, quatre ans durant, son disciple à la littérature tandis que l’élève permet à l’aristocrate de la pensée de cristalliser ses réflexions sur l’Histoire et la civilisation. Ces souvenirs relatent en outre avec émotion et fidélité la genèse du Guépard,

< Couverture >

Ces maires autoritairespar Éric Béal, Stanislas Boutmy, Brigitte Colson, Jean-François Donny, Sabine Renault-Sablonière • février 2014

« Je vous coupe le micro !… La réponse du maire clôt le débat. » Telles sont les pratiques, telles sont les règles en forme d’oukases de certains conseils municipaux, aujourd’hui, en France. Éric Béal, Stanislas Boutmy, Brigitte Colson, Jean-François Donny, Sabine Renault-Sablonière, tous journalistes, communicants, experts des collectivités locales, engagés ou élus, ont décidé

< Couverture >

C’était la Révolutionpar Julio CONRADO • 2000

Cela commence par un chuchotement, la méditation solitaire d’un homme déstabilisé par la révolution des Oeillets, au Portugal, qu’il avait pourtant voulue. Puis le murmure enfle et devient un cri de rage, d’ironie méchante, de désespoir sans fond. Dans ce roman très dur, écrit sur un rythme haletant, Julio Conrado jette à terre tous les

< Couverture >

Chronique de la victoire des magespar Houchang GOLCHIRI • 1997

Aux premiers temps de la révolution iranienne, de jeunes émeutiers déboulonnent la statue du Shah. Dans leur enthousiasme, ils ne voient pas s’instaurer un nouvel ordre, celui des Ayatollahs. Le tavernier Barât, lui, en a d’emblée conscience et brave les interdits en servant du vin. Sa victoire, au travers du martyre, sera celle de l’esprit

< Couverture >

Derrière ma fenêtre il y a un corbeau…Sept écrivains iraniens d'aujourd'hui 2000

Cet ouvrage est un recueil de textes choisis parmi les œuvres publiées ou inédites de quatre poètes et trois prosateurs iraniens contemporains. Il est paru à l’occasion de la venue des auteurs à Paris, à la Maison des Écrivains, dans le cadre du Festival d’Automne 2000. Ces écrivains appartiennent à trois générations différentes : celle dont

< Couverture >

Evine. Mémoires d’une Iranienne en prisonpar Parvaneh ALIZADEH • 2002

En 1981, l’Ayatollah Khomeiny déclenche une vague de répression contre les opposants au régime islamique. On exécute chaque jour, par centaines, à la prison d’Evine, des lycéens, étudiants, militants activistes ou simples suspects. Avec la fin de la guerre Iran-Irak, la répression tournera au massacre. Parvaneh Alizadeh livre ici le premier témoignage écrit et paru

< Couverture >

L’Histoire inachevée et sa finpar Volker BRAUN • 2001

Trois parties composent ce livre : « L’Histoire inachevée », récit d’un amour contrarié par la raison d’État en RDA, écrite en 1975, puis « La Fin de l’histoire inachevée » et « Ça reste une histoire inachevée », deux ajouts inédits en français, écrits en 1996 et 1997, après la consultation par Volker Braun de son dossier dans les archives

< Couverture >

La Griffe intérieurepar Christine DEROIN • 2005

« Elle est coupable, elle le sait, l’a toujours su. » Ainsi s’ouvre, par une phrase lourde et grave qui donne d’emblée le ton, le nouveau roman de Christine Deroin. « Elle », c’est Apolline: un prénom bien trop doux, penserait-on, pour une grande faute. Pourtant, coupable, Apolline l’est: enfant, pendant la guerre, elle a dénoncé ses parents résistants,

< Couverture >

Le cauchemar russeAbécédaire de clichés et fantasmes occidentaux par Matthieu Buge • novembre 2016

La russophobie bat son plein. Le moujik n’est pas loin d’être affublé d’un couteau entre les dents. L’Occident souffre d’hallucination collective. Il  faut parler ici de folie plutôt que de phobie. L’Occidentocentrisme fait des ravages. Le prosélytisme n’est limité que par les impératifs géopolitiques ou une trop grande incompréhension. Cet abécédaire, parcourant certains clichés sur

< Couverture >

Le Roi des Noir-VêtusAttribué à Houchang Golchiri2002

1973-1982, noire décennie… Tous les soirs, de jeunes volontaires courent vers leur martyre et le poète voit ses livres confisqués ou détruits. Ainsi font les régimes de Perse, depuis l’origine des temps. Emprisonné, le poète raconte le récit de « La coupole noire », extrait des « Sept Princesses » de Nezâmi, et, libéré comme le roi du conte,

< Couverture >

Les Quatre Outilleurspar Volker BRAUN • 1998

La scène se passe après Die Wende, « le grand tournant », dans l’ancienne RDA. Quatre artisans outilleurs, qui ont, jusque-là, vécu tranquillement dans la routine confortable d’un emploi à vie, sont licenciés au nom du changement, de nouvelles règles économiques, politiques, sociales, auxquelles ils ne correspondent plus. Mais sans véritable explication. Le récit montre le désarroi

< Couverture >

Mémoires d’Adrienne de La Fayettepar Sabine RENAULT-SABLONIERE • 2007 (première édition); 2014 (nouvelle édition)

Un vrai faux journal d’Adrienne de La Fayette, tel est l’ouvrage de Sabine Renault-Sablonière, elle-même descendante du « héros des Deux Mondes ». Faux journal, car, si les événements évoqués sont authentiques, si le travail de documentation et de recherche est considérable, tout l’entour, tout ce qui fait la « chair » du livre appartient entièrement à la plume

< Couverture >

Mémoires de Garibaldi suivi de Les Garibaldienspar Alexandre DUMAS • 1995

Avec Garibaldi, Dumas a trouvé son héros. L’occasion était unique : pour l’un, rebelle au cœur pur, d’entrer dans la littérature de cape et d’épée ; pour l’autre, auteur dramatique avant tout, de vivre une aventure autrement que sur le papier. Dumas entreprend la rédaction des Mémoires à partir des carnets que lui a confiés Garibaldi. Il

< Couverture >

Petit Nécessaire de la révolution et contre-révolutionCatalogues 1917-1927novembre 2017

En ce centenaire des révolutions russes, où il apparaît que les passions ne sont pas encore éteintes, l’angle choisi ici, l’univers des objets, permet une vision impressionniste de l’évolution du pays à partir de 1917. La période considérée s’étend sur dix ans et couvre la chute de Nicolas II et la transformation de l’empire en

< Couverture >

Phrase sans fondpar Volker BRAUN • 2008

Allemagne de l’Est, fin des années cinquante. Un village évacué, des arbres abattus, l’eau corrompue par un vaste chantier d’exploitation minière… Au-delà de la métaphore d’une débâcle politique, ce récit en une seule phrase, ample, cadencée, inéluctablement déroulée sur quelques dizaines de pages, annonce le suicide des sociétés industrielles si elles poursuivent leur pillage de

< Couverture >

À toute blindConfessions d'un pro du pokerpar Nicolas DERVAUX • 2009

Le hasard, voilà ce qui conduit Nicolas Dervaux à consulter, un jour, un site internet de poker. Le goût du risque et un certain culot le poussent ensuite à tenter sa chance. La chance répond présente, et voici notre candide sur la planète poker. C’est ainsi qu’à trente-quatre ans, Nicolas Dervaux se retrouve joueur professionnel.

< Couverture >

Ce qu’on veut vraimentpar Volker BRAUN • 2003

Brutalité des affrontements et dialogues impossibles jalonnent ces trois courtes histoires, aux personnages et lieux différents. Les conditions d’existence des uns et des autres sont inconciliables, et insupportables les situations qui naissent de leur rencontre. Ce qui arrivera – mais quoi ? – est dans l’ordre des choses, or l’a-t-on vraiment voulu ? Et l’on

< Couverture >

Crisálidapar Laurine ROUSSELET • mai 2013

Longue histoire, déjà, que celle de Laurine Rousselet et des éditions L’Inventaire ! Une histoire de confiance, bâtie au fil des années et des volumes. Avec Mémoire de sel (2004), L’Inventaire découvre et fait découvrir une poésie exigeante et ardue. En 2011, dans Hasardismes, Laurine Rousselet s’attaque à un genre regrettablement oublié : les aphorismes.

< Couverture >

En attendant Rongopar Vincent O’SULLIVAN • 2006

Aux yeux de ceux, sûrs de leur fait, pour qui la vie est une suite d’actes réglés, de paroles définitives, Virginia – la maorie folle de ses chats sauvages, Alicia au joli visage inexpressif ou ce chef d’entreprise périssant d’ennui, sont incompréhensibles, voire pitoyables. Parlant peu, se contentant de sourires et de gestes de la

< Couverture >

Exilspar Natalia JOURAVLIOVA • 2005

Ils sont trois, deux hommes, une femme, héros de ces trois nouvelles suspendues dans le non-temps du voyage, de l’exil, volontaire ou forcé. Le premier est à l’hôpital, la seconde vit depuis peu à l’étranger, le troisième est fait prisonnier par les Allemands durant la Première Guerre mondiale et se retrouve dans une ferme du

< Couverture >

Hasardismespar Laurine ROUSSELET • 2011

Qu’est-ce qui pousse à ressentir tout et son contraire dans une même fraction de seconde ? Cette question, parmi d’autres, est à l’origine des Hasardismes, recueil d’aphorismes fulgurants. Les Hasardismes n’ont rien d’un exercice de style ; ils sont pour l’auteur une tentative de cohésion avec sa pensée dans une réalité corporelle, porteuse de vérité. D’ascensions suicidaires en

< Couverture >

Il venait de la Ville NoireSouvenirs d'un Arménien du Caucase par Nikita DASTAKIAN • 1998

De Bakou, la Ville Noire – premier producteur de pétrole en 1900 – à la France où il se retrouve enfin en 1956, Nikita Dastakian traverse l’Histoire et les contrées : le front autrichien de 1914, la soviétisation de la Transcaucasie, la Roumanie où il est arrêté, la Russie, le Kazakhstan. Historien de hasard comme

< Couverture >

Les matins de Bengisupar Nezihe MERIÇ • 2005

L’histoire commence un certain matin, dans cet appartement d’Istanbul où Bengisu et sa soeur, avec l’aide de leur grand-père, avaient tenté de renouer avec la vie malgré la désertion de leurs parents. Ce jour-là, huit ans après son départ, la mère est venue en invitée. Le grand-père est mort. Bengi a grandi et avance vers

< Couverture >

Mot à motPrix Murat 2003 par Christine DEROIN • 2002

A quatre-vingt-six ans, Florentine s’offre une échappée belle : elle fugue, s’octroie quelques jours de bonheur dans un lotissement non habité, repasse le film de sa vie, essaie d’y mettre les mots qu’il faut, ces mots qui « existent pour que l’on s’en serve » ! Derrière cet acte surprenant, plusieurs ruptures : rupture avec un monde

< Couverture >

Qui sait ? Peut-être même que c’est bien…par Jakob HEIN • octobre 2011

Chronique d’une mort annoncée, celle de la mère de l’auteur, atteinte d’une forme rare de cancer du sein, le récit d’une enfance à Berlin-Est, avant la chute du mur, dans une famille d’intellectuels dont Christiane est le pilier à la fois tragique et magique. Au compte-rendu de la maladie se mêle le parcours courageux d’une

< Couverture >

Saisonspar Natalia JOURAVLIOVA • 2004

Les quatre nouvelles proposées ici (« Une visite », « Petite Macha Marie », « Jeu d’enfant » et « L’hiver approche ») sont d’abord quatre portraits de femmes russes d’âges et de milieux différents, qui, toutes, vont se retrouver à un même point de rupture : ce moment vertigineux où la vie bascule entre rêve et réalité pour toucher au plus enfoui.

< Couverture >

L’Enfant chériPortraits d'enfants dans la peinture de l'époque des lumières par Elizabeth Vigée-Lebrun, Fragonard, Greuze • 2003

Sous les apparences « grand siècle » d’un catalogue d’art classique, L’Enfant chéri pose une double question de société : l’enfance, comme l’a suggéré Philippe Ariès, est-elle vraiment une invention du XVIe siècle, et l’amour parental, un phénomène culturel ? A quoi doit-on l’apparition de nombreux portraits d’enfants dans la peinture européenne de cette époque ? On n’est pas loin

< Couverture >

Le Petit Roi Décembrepar Axel HACKE • 1995

Décembre, le petit roi ventripotent, n’est pas plus haut que trois pouces, et si gros qu’il ne peut plus boutonner son manteau de velours rouge. Autoritaire, rouspéteur, il surgit à tout instant dans la vie du narrateur auquel il dicte ses quatre volontés. Le narrateur est mélancolique, le petit roi guilleret. Il a de quoi :

< Couverture >

Les Butinamours et autres contes d’amourBoskabauter par Folke TEGETTHOF • 2003

Dans les sept contes qui composent ce recueil, vous trouverez, comme il se doit, des fées, des princesses, des dragons, des méchants rois et tant, tant d’autres habitués des récits merveilleux. Vous verrez aussi s’animer les arbres, les montagnes, le soleil. Vous vous attendrirez sur la petite chenille amoureuse d’un olivier. Vous rencontrerez le mystérieux

< Couverture >

Trente et un poèmes de poche Trzydziesci jeden wierszy kieszonkowychpar Pierre ALBERT-BIROT • 2000

« Que vas-tu peindre ami? L’invisible. / Que vas-tu dire ami? L’indicible / Monsieur car mes yeux sont dans ma tête. / – N’ayez pas peur, c’est un poète. » C’est le premier des « Trente et un poèmes de poche » de Pierre Albert-Birot présentés ici, avec, en ouverture, un « poèmepréfaceprophétie » de Guillaume Apollinaire.

< Couverture >

Un ours nommé Dimanchepar Axel HACKE

Dans ce nouvel album, comme dans les deux précédents, Axel Hacke porte sur le monde des humains, sur leurs rapports avec les animaux, un point de vue inversé et prend le parti du rêve. Avec le petit ours nommé Dimanche qu’il avait trouvé un matin, allongé dans son lit à côté de lui, le narrateur

< Couverture >

Anna de Noailles, Maurice BarrèsCorrespondance 1901-1923 par Anna de NOAILLES, Maurice BARRÈS • 1994

Inédite, cette correspondance est la chronique d’une passion qui demeura longtemps inassouvie. Deux tempéraments s’affrontent, deux œuvres dialoguent, éclairant une époque dont Anna de Noailles et Maurice Barrès furent, chacun à sa manière, deux grands protagonistes. « C’est à la fois émouvant et inespéré: les cinq cent trente-neuf missives d’Anna de Noailles, mêlées aux trois cent

< Couverture >

Ces murs qui nous écoutentpar Spojmaï ZARIAB • 2000

Composé en trois temps distincts sous l’occupation soviétique, ce récit fait entendre la voix singulière d’un écrivain contestataire mais non désespéré, dans une veine proche de Sâdeq Hedâyat, mais plus encore des poèmes d’amour de Râbé’a Balkhi, des chants des femmes pashtounes. Elle nous dit que toute société contient le ferment de l’oppression individuelle et

< Couverture >

Cette voûte de si pur respirpar Vincent O’SULLIVAN • 2006

 » La littérature, comme le disait Sartre, est une étrange toupie qui n’existe qu’en mouvement : la lecture la fait tourner, en fermant le livre on la fait disparaître »… Vincent O’Sullivan Dès lors, le poème n’existe que s’il est lu, et voir le réel, pour Vincent O’Sullivan, est une tâche poétique qui consiste à faire advenir les

< Couverture >

EntresilencesNeuf poètes argentins2004

Dans une écriture fragmentée, neuf poètes argentins libèrent la voix du souvenir pour capturer instants et échos d’un quotidien sensuel, parfois absurde, toujours en mouvement. La nostalgie est pour eux un rappel incessant de l’union première avec la nature dont l’écoute et la contemplation sont à l’origine de la création poétique. Les neuf écrivains réunis

< Couverture >

Espacement(al)s par Yadolah ROYAI

« Je n’écris pas ce que je pense. J’écris ce que l’écriture me fait penser. C’est plutôt la combinaison des mots qui me pensent. Alors j’écris dans le but de penser et d’apprendre la pensée. Cette pensée ne me parvient pas de réserves de l’intellect déjà installées dans ma tête, comme un songe, une foi ou

< Couverture >

Jours mêléspar Yves JOUAN • 2003

« Regardez pas, dit la petite fille comme si elle mettait la manche sur le papier. La feuille était le ciel et ses étoiles aussi brillantes que les souvenirs élus d’une mémoire en pure perte. » Poète et dramaturge, Yves Jouan est l’auteur de nombreux ouvrages. Il est notamment un des auteurs de Fenêtre ouverte… et ensuite,

< Couverture >

Les Belles EtrangèresDouze écrivains roumains2005

Douze écrivains roumains contemporains, invités des Belles Etrangères 2005, proposent dans ce recueil des textes inédits: nouvelles, chapitres de roman, monologues, choix de poèmes. La présente anthologie mêle à plaisir les générations, depuis les aînés qui ont commencé à écrire dans un contexte idéologique ardu, jusqu’aux plus jeunes qui, loin de faire l’impasse sur leur

< Couverture >

Seuls nos sourirespar Jean-Félix de la Ville Baugé • janvier 2018

C’est un film que propose ici Jean-Félix de la Ville Baugé ‒ celui des relations entre Marilyn Monroe et le président des États-Unis. Les images défilent : leurs instants ensemble, les moments passés en public, les heures de solitude de la femme la plus sexy du monde. Les petites pilules et le gin tonic qui permettent

< Couverture >

Attention à la fermeture des portes!par François Léotard • janvier 2017

Des voix s’élèvent, se croisent, s’affrontent. En arrière-fond ? Une tentative violente d’imposer une non-pensée. Attention, les portes se ferment, il n’y a plus d’échappatoire ! Les personnages, acteurs et victimes ? Ils sont pétris de l’argile première des Livres, entre littérature et mythe. Attention, les portes se ferment et commence l’Exode ! L’auteur apparaît

< Couverture >

Blessé à mortpar Raffaele LA CAPRIA • 2007

Joyau de ce qui constitue, avec L’Harmonie perdue (L’Inventaire 2001) et La Neige du Vésuve (L’Inventaire 2002), la « trilogie napolitaine » de Raffaele La Capria, Blessé à mort est une plongée au cœur des sensations les plus fortes comme les plus ténues, au cœur des mots, des sons, de la poésie ; Blessé à

< Couverture >

Ici tant de miroirspar Hassan SAFDARI

« La poésie de Safdari, écrit Alain Lance, nous surprend par sa simplicité. C’est un univers d’amour et de quiétude, souvent apparemment limpide, une quête concise et persévérante de la réconciliation, « brise qui appelle les feuilles des arbres au repos et à la paix », mais l’écho de l’angoisse vient parfois faire trembler sa fragile sérénité. » Hassan

< Couverture >

J’avais six ans en Arméniepar Virginie-Jija MESROPIAN • 2007

Virginie a six ans en 1915. Elle vit avec ses parents et ses trois frères à Erzeroum. Nous sommes à la fin de l’hiver. Un matin d’avril, les massacres commencent. Virginie se retrouve bientôt seule, avec, dans les yeux, le souvenir de monceaux de cadavres. Commence pour elle un immense périple qui la conduira à

< Couverture >

L’Harmonie perdueFantaisie sur l'histoire de Naplespar Raffaele LA CAPRIA • 2002

Pour Raffaele La Capria, l’Histoire s’arrête à Naples pour faire place au mythe lors de la révolution de 1799, bientôt suivie d’une contre-révolution sanglante. Dès lors s’installe pour deux siècles, en chaque Napolitain, le sentiment que l’harmonie spirituelle, réelle ou rêvée, qui semblait fonder l’existence de la ville, s’est définitivement perdue. Un sentiment si insoutenable

< Couverture >

La colline des Sept-Vents Il colle dei Sette Ventipar Goffredo PARISE • 1999

La colline des Sept-Vents est un recueil de trois courts textes de Goffredo Parise (1929-1986) : « La Colline des Sept-Vents », « Se faire un chez-soi » et « Tout passe », écrits en 1957 et 1958. Ils relatent le désir soudain, et sa réalisation semée d’embûches, d’une maison idéale bâtie sur les collines où l’auteur a passé son enfance.

< Couverture >

La Neige du Vésuvepar Raffaele LA CAPRIA • 2002

Il neige rarement sur le Vésuve, mais cela arrive. Il y a rarement de « belles journées » d’enfance, si belles qu’on en garde pour toujours la nostalgie. Le petit Tonino relate ici les moments fondateurs de son existence. Il les rapporte à sa façon, celle d’un jeune garçon d’abord, puis d’un adolescent. Mais n’est-ce pas plutôt

< Couverture >

Leçons de Ténèbrespar Patrick KERMANN • 1999

Nouvelles lamentations de Jérémie construites en 22 séquences qui correspondent aux 22 lettres de l’alphabet hébreu, les Leçons de Patrick Kermann recherchent le ton, la Voix susceptibles de dire la cité d’aujourd’hui. C’est une « tentative de lecture des catastrophes de notre monde après Auschwitz ». Patrick Kermann a écrit, à partir des années 1990, pour le

< Couverture >

Nastiapar Andreï Alexandrov • mars 2018

Un village russe comme un autre. Des enfants – l’auteur et son frère – y passent leurs vacances avec Nastia, leur nounou, le personnage qui donne son titre à ce récit. Il y a la beauté de la nature de la Russie centrale, la luge et le ski l’hiver, l’étang, les promenades, les jeux simples…

< Couverture >

Tristessepar June SHENFIELD • 2004

Les vers de June Shenfield défilent au rythme haletant d’une écriture en éclats, une écriture aux confins de l’oralité. Des lèvres jaillissent les douleurs enfouies que les mots, percutants, ramènent à la vie, déchirant le silence de l’encre et du papier. Faite pour être criée plus que dite, la poésie de June Shenfield est un

< Couverture >

A l’ombre d’AmonCarnets d'Egypte par Katia BOYADJIAN, Daniel JURÉ • 2000

La photographe Katia Boyadjian, née au Caire qu’elle quitte très jeune pour la France, part à la recherche du pays de l’enfance, accompagnée du peintre Daniel Juré. Photos, encres, dessins, poèmes et lettres sont le fruit de cette double découverte/redécouverte. La réalité que présentent les auteurs est celle de l’Egypte au quotidien, une Egypte que

< Couverture >

La Plume et le Pinceaupar Baptiste MARREY, François BRUETSCHY • 2003

Court et précieux, La Plume et le Pinceau est un livre d’art et de méditation : l’écrivain et le peintre n’ont pas travaillé ensemble, les encres n’illustrent pas le texte, le texte ne commente pas les encres. Mais ils se sont rencontrés dans une recherche commune des rapports entre peinture et poésie et dans un

< Couverture >

Répétitionspar Odile LIGER • 2005

Carnet de croquis des répétitions (17 octobre – 17 novembre 2003) du Misanthrope de Molière, mis en scène par Stéphane Braunschweig, directeur du Théâtre National de Stasbourg. De page en page, le lecteur partage le plaisir mystérieux de se retrouver chaque soir dans ce lieu clos, obscur, coupé du monde extérieur et pourtant en relation

< Couverture >

Roman sans anglesL'Atelier de Maria Desmée par Bernard NOEL, Maria DESMÉE • 2004

Quand Bernard Noël se trouve à visiter l’atelier de Maria Desmée, puis quand il décide d’y revenir encore et encore pour voir le peintre au travail, cela donne Roman sans angles, texte poétique, interrogation sur l’acte de peindre. Roman sans angles relate l’œuvre en cours d’élaboration de cette femme peintre d’origine roumaine, évoque le désir

< Couverture >

Salto Solopar Pascale PETIT, Benoît JACQUES • 2001

L’archère est un peu taciturne, mais joueuse. Elle traque les hommes gonflables que l’on trouve dans les arbres. L’homme gonflable, lui, aime les cerises et n’a pas son pareil pour les figures imposées. Parfois, il entend mais ne comprend pas. Ou c’est elle qui comprend mais qui n’entend pas… Un conte de Pascale Petit, des

< Couverture >

Viet-Nam, itinéraire au Sud lointainpar Geneviève HUE • 1997

Geneviève Hüe, originaire d’Hanoï qu’elle quitte enfant, revient au Viet-Nam trente-cinq ans après. Itinéraire au Sud lointain est l’histoire de ce retour, un carnet de voyage en aquarelles, agrémentées de collages et complétées de notes manuscrites. En trois épisodes – » Dat Nuoc » (terre-eau),  » Mes heures » et « L’autre côté » –, Geneviève Hüe nous donne à

< Couverture >

Géopolitique du gaz russeVecteur de pouvoir et enjeu économiquepar Aurélie et Thierry Bros • novembre 2017

« Sur-dramatisation », « sur-idéalisation », « sur-géopolitisation », tels sont, pour Aurélie et Thierry Bros, les maîtres-mots susceptibles de caractériser ces domaines majeurs de l’économie russe que sont la production et la commercialisation du gaz. Sur-dramatisation de la crise russo-ukrainienne dont les répercussions ont ravivé le débat sur la menace potentielle d’une dépendance européenne

< Couverture >

Russie-Europe: des malentendus paneuropéenspar Jean-Christophe Romer • décembre 2015

Crimée, Ukraine, sanctions, contre-sanctions, imbroglio pétrolier et gazier, affaires syriennes, terrorisme, les relations entre l’Europe et la Russie n’ont sans doute jamais été aussi compliquées depuis une vingtaine d’années. Comment en est-on arrivé là ? Qui a tort, qui a raison ? Comment interpréter les positions du Kremlin ? Quelles sont les visées de Vladimir Poutine ? Les institutions

< Couverture >

Russie: les enjeux du retour au Moyen-Orientpar Igor Delanoë • novembre 2016

Si la crise syrienne a mis en lumière le rôle incontournable de Moscou sur la scène stratégique moyen-orientale, la Russie avait depuis longtemps entrepris d’y rétablir son influence. Fruit d’une longue histoire qui remonte à l’époque des tsars, l’intérêt russe pour le Moyen-Orient ne s’est jamais démenti, tout juste s’est-il mis en sommeil au lendemain

< Couverture >

Fragments d’un poème de la naturepar Jacques PHYTILLIS • 2003

« Pourquoi souffrons-nous? D’où vient ce mal qui atteint les plus justes, nous gangrène et, finalement, réduit nos forces à néant? Notre désarroi reste entier, et la science accumulée depuis des siècles ne fait qu’accroître le doute et le désespoir. Seule, demeure la certitude que l’Homme, par ses oeuvres, témoigne de la soumission des ténèbres à

< Couverture >

L’enfant au balcon suivi de Son double Il fanciullo al balcone seguito dal Suo doppiopar Hughes LABRUSSE • 2000

« L’enfant au balcon. L’enfant immémorial. L’enfant en suspens. Saillie sur une façade qui n’a pas de lieu, pas de nom propre. A la lettre, pas de parole non plus, car sans origine. Un aplomb, peut-être, pour écrire debout ou penché. Reste la chaise vide, l’intervalle où se dédoublent la rupture et la continuité. Rien qu’un

< Couverture >

Le retour de Lilithpar Joumana Haddad • 2007

Je suis Lilith la femme-destin. Aucun mâle n’échappe à mon sort, et aucun mâle ne voudrait s’échapper. Je suis la femme – paradis qui chuta du paradis, et je suis la chute – paradis […] Je suis la vierge Lilith, visage invisible de la libertine, la mère-amante et la femme-homme… Poète, nouvelliste, journaliste et traductrice,

< Couverture >

Le temps versatilepar Mohammad ALI SEPANLOU • 2004

Considéré comme l’une des figures majeures de la poésie contemporaine en Iran, Mohammad Ali Sépânlou, né à Téhéran en 1940, est un poète très lu dans son pays. En Europe, en France en particulier, le public le connaît seulement de date récente : quelques poèmes sont parus dans des revues ou anthologies, parmi lesquelles Derrière

< Couverture >

Le voyage de trois cosaques de l’Oural au royaume des Eaux-Blanchespar G.T. KHOKHLOV • 1996

Afin de vérifier l’existence du royaume des Eaux-Blanches, pays mythique d’abondance et de liberté où serait préservée la « vraie foi », trois cosaques entament, en 1898, un périple qui les conduira jusqu’en mer de Chine. L’un d’eux consigne les multiples péripéties de leur voyage. Son récit révèle un extraordinaire choc de cultures entre la tradition biblique

< Couverture >

Les Ruses d’UlysseVingt poètes et nouvellistes grecs et français2004

La Grèce était au cœur des Rencontres 2004 organisées par l’association  » Balkans-Transit  » (Caen) autour de la culture des Balkans. Les éditions L’Inventaire ont publié à cette occasion, en coédition avec  » Balkans-Transit « , un recueil comprenant vingt auteurs grecs et français, poètes pour la plupart mais aussi nouvellistes. Les premiers sont ici représentés

< Couverture >

Les Vies brèvesEssais de biographies par Robert BRÉCHON • 2003

Alexandre, Spartacus, Jésus, Jeanne d’Arc, Gabrielle d’Estrées, Robespierre, Saint-Just, Pouchkine, Evariste Galois, Louis Rossel, Thérèse Martin et Clément Péruchon… dévorés par la passion qui les habitait, par leur désir d’accomplir de grandes choses mais aussi par la conscience du peu de temps qui leur était imparti. Douze biographies aussi brèves que la vie qu’elles retracent,

< Couverture >

Mémoire de selpar Laurine ROUSSELET • 2004

« De poème en poème, Laurine affine son art de grimper aux extrémités du non-dit. Elle a cette souplesse-là, si rare: cette pulsion-là, si téméraire. On se demande ce qu’elle fait, dans les hauteurs du non-dit, à quel vertige elle s’initie, mais le certain, c’est que quand elle redescend, elle est une Voix, déjà une grande

< Couverture >

Ombre limite Ombra limitpar Hubert HADDAD • 2001

« Les siècles me rassurent! D’autres prendront ma place; Des plus malins et des naïfs J’ai choisi de rêver mon passage ici-bas. »

< Couverture >

Quatrains et autres poèmespar Khalillullah Khalili • mars 2012

« Comment être poète au milieu du chaos ? L’œuvre de Khalili répond à cette question, illustrant le proverbe afghan selon lequel une pression considérable peut, à l’occasion, transformer des morceaux de charbon en diamants. » (Withney Azoy) Du milieu des années 1920 à la mort du poète en 1987, les vers de celui que le monde

< Couverture >

Quelque part entre silence et fureur Da qualche parte fra silenzio e furorepar Guy ALLIX • 2001

« Au fil des années Guy Allix a tissé une oeuvre sobre et noire, où chaque mot est pesé, une oeuvre qui dit tout à la fois la jubilation et la souffrance que lui procure la création poétique. Il écrit une poésie de l’errance, à mots perdus, dans le tumulte et le silence. Une poésie qu’il

< Couverture >

Géopolitique du gaz russeVecteur de pouvoir et enjeu économiquepar Aurélie et Thierry Bros • novembre 2017

« Sur-dramatisation », « sur-idéalisation », « sur-géopolitisation », tels sont, pour Aurélie et Thierry Bros, les maîtres-mots susceptibles de caractériser ces domaines majeurs de l’économie russe que sont la production et la commercialisation du gaz. Sur-dramatisation de la crise russo-ukrainienne dont les répercussions ont ravivé le débat sur la menace potentielle d’une dépendance européenne

< Couverture >

Nastiapar Andreï Alexandrov • mars 2018

Un village russe comme un autre. Des enfants – l’auteur et son frère – y passent leurs vacances avec Nastia, leur nounou, le personnage qui donne son titre à ce récit. Il y a la beauté de la nature de la Russie centrale, la luge et le ski l’hiver, l’étang, les promenades, les jeux simples…

< Couverture >

Petit Nécessaire de la révolution et contre-révolutionCatalogues 1917-1927novembre 2017

En ce centenaire des révolutions russes, où il apparaît que les passions ne sont pas encore éteintes, l’angle choisi ici, l’univers des objets, permet une vision impressionniste de l’évolution du pays à partir de 1917. La période considérée s’étend sur dix ans et couvre la chute de Nicolas II et la transformation de l’empire en

< Couverture >

Seuls nos sourirespar Jean-Félix de la Ville Baugé • janvier 2018

C’est un film que propose ici Jean-Félix de la Ville Baugé ‒ celui des relations entre Marilyn Monroe et le président des États-Unis. Les images défilent : leurs instants ensemble, les moments passés en public, les heures de solitude de la femme la plus sexy du monde. Les petites pilules et le gin tonic qui permettent

< Couverture >

L’Architecture de la jalousiepar Vespasien de GONZAGUE • 1998

Vespasien de Gonzague, architecte de génie, fou de jalousie, bâtit des villes idéales pour y emprisonner ses femmes. Il est ici incarné par Daniel Mesguich. Photodrame tourné en Italie.

< Couverture >

La Reine mortepar Inès de Castro • 1998

Inès de Castro, la « reine morte » qui inspira, entre autres, Montherland, est ici incarnée par Karine Saporta. Photodrame tourné au Portugal.

< Couverture >

Les Amants de TourlavilleD'après Barbey d'Aurevilly2000

Nous sommes à la fin du XVIe siècle, non loin de Cherbourg. Vit alors à Tourlaville une famille de seigneurs de Bretagne, les Ravalet, qui sèment la terreur partout où ils passent. Un jour, tout change : deux enfants, beaux comme des anges, naissent. Pourtant, la tragédie continue car ces deux enfants vont vivre une forte

< Couverture >

Regards de l’Observatoire franco-russe 2016octobre 2016

Quelles sont les raisons et les conséquences de l’intervention militaire russe en Syrie ? Doit-on s’attendre à une évolution sensible des relations entre Moscou et Washington à moyen terme ? Quelle est la stratégie du Kremlin dans les « conflits gelés » en ex-URSS ? L’économie russe est-elle en train de sortir de la crise ? Comment le secteur énergétique russe

< Couverture >

Regards de l’Observatoire franco-russe 2017septembre 2017

Quel bilan peut-on tirer de l’intervention russe en Syrie et du « retour » de Moscou sur la scène moyen-orientale ? Les espoirs d’une amélioration des relations russo-américaines après l’élection de D. Trump sont-ils mort nés ? Faut-il s’attendre à des réformes économiques d’ampleur dans les prochains mois ? A quoi ressemble l’agriculture russe, près

< Couverture >

A la table du « Pourquoi pas? »par Marie-Isabelle Merle des Isles • avril 2010

Il y a cent ans, le navire du commandant Charcot, le Pourquoi pas ?, rentrait triomphalement au port de Rouen, au terme d’une expédition de près de deux ans, dont plus de la moitié dans l’Antarctique. Marie-Isabelle Merle des Isles a choisi d’évoquer cette aventure “ côté cuisine ”, au travers des banquets offerts aux

< Couverture >

De chasse et d’épéeLe décor de l'appartement du Roi à Marly 1683-1750 1999

Dans ce château de Marly, pavillon de campagne de Louis XIV, le Roi reçoit des invités de marque, tous membres de la noblesse d’épée. Des documents ont permis de reconstituer les décors de Marly. Cet ouvrage propose de retracer l’évolution du goût et des choix du monarque. On passe des Conquestes de Van des Meulen

< Couverture >

Du bon usage du thé et des épices en AsieRéponses à Monsieur Cabart de Villarmont par Jean CHARDIN • 2002

En 1680, rentrant d’un séjour de neuf ans en Orient, le célèbre voyageur Jean Chardin entreprend de répondre aux nombreuses questions posées par un certain Esprit Cabart de Villarmont sur les mœurs aux « Indes orientales ». Véritable « guide pratique », ce texte exceptionnel, édité pour la première fois (en respectant la langue et la graphie du manuscrit),

< Couverture >

Le Cahier de BéatriceUne enfance bretonne et gourmande par Béatrice de KERSAINTGILLY BAYSER • 2003

Béatrice de Kersaintgilly Bayser ne s’en cache pas : elle est gourmande. A 9 ans, contrainte de garder la chambre, à la diète, elle commence, sur un cahier neuf, son livre de recettes. Il ne l’a jamais quittée , ne cessant de grossir et de se compléter. Publié ici, le cahier de Béatrice n’est pas

< Couverture >

Manuel de savoir-vivre à l’usage des maîtres et maîtresses de chienspar Antonius MOONEN • 2011

Le plus odieux des chats siamois, le plus flamboyant des perroquets, le plus éphémère des papillons, le plus dédaigneux des paons – aucun ne pourra, en matière de snobisme, rivaliser avec le chien. Car, seul, le chien a désormais, grâce à Antonius Moonen, son guide du savoir-vivre, de l’étiquette et du protocole. Quels sont, à

< Couverture >

Petit Bréviaire du snobismepar Antonius Moonen • Réédition novembre 2010 (première édition 2 000)

« Paru en Allemagne, aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, le Petit Bréviaire d’Antonius Moonen est d’abord une protestation, un manifeste anti-politiquement correct, anti-uniformisation, anti-consommation, anti-bourgeois, anti-bobos, anti-tout ! L’auteur, toutefois, ne se contente pas de dénoncer ni de tourner en dérision tout ce qui l’insupporte dans le monde d’hier, d’aujourd’hui  et, vraisemblablement, de demain. Avec un

< Couverture >

Ciel nocturneDouze poètes et nouvellistes bulgares et français

Avec Ciel nocturne, L’Inventaire poursuit son exploration poétique des Balkans. A l’initiative de ces nouvelles « rencontres balkaniques », il y a, comme toujours, l’association Balkans-Transit, basée en Basse-Normandie, que les éditions L’Inventaire soutiennent depuis plusieurs années déjà, estimant, avec les organisateurs de ces manifestations, que la poésie et, plus généralement, la littérature sont peut-être le meilleur

< Couverture >

Esterhazy, un lièvre à Berlinpar H.M. ENZENSBERGER, Irène DISCHE • 1993

Son Excellence Michel, Paul, Antoine, Marie, prince Esterhazy, est un jeune lièvre natif de Vienne. Inquiet de voir sa lignée rapetisser à force de pâtisseries, son grand-père l’envoie chercher femme à Berlin où les lièvres sont grands et forts. Que de dangers on court à Berlin lorsqu’on est petit, myope, étranger et naïf ! Sauf derrière

< Couverture >

Fenêtre ouverte… et ensuiteDouze poètes albanais et français 2002

A partir de l’année 2000, l’association « Balkans-Transit » organise, à Caen, des « Rencontres autour de la culture des Balkans ». Celles du printemps 2002 ont été axées sur l’Albanie. A cette occasion un recueil de poésie a réuni poésie française et albanaise. Six poètes albanais : Fatos Arapi, Xhevahir Spahiu, Mimoza Ahmeti, Ali Podrimja, Eqrem Basha, Maks Velo

< Couverture >

Forêt de pochepar Nora HERMAN • 2006

« Entrer en forêt tropicale, ce n’est pas simplement franchir une limite. C’est se glisser dans son silence, laisser venir à soi ses différents sons, ses formes. Se laisser envahir jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de frontière. Plus d’intérieur, plus d’extérieur, une seule forme : palpitante, vibrante, colorante. » Pour Nora Herman, peintre et sculpteur argentine, la

< Couverture >

GloubinkaPromenades au cœur de la Russie par Piotr SMOLAR • 2002

Ici, pas de Poutine, pas de Moscou ni même de Saint-Pétersbourg. Pas de grandes villes occidentales ou qui font semblant de l’être. On y trouve en revanche le Grand Nord, les rives du Don, le Birobidjan, Iochkar-Ola, Blagovechtchensk, bref, le cœur de la Russie, la « Gloubinka » pour les Russes. Au fil de ces « promenades » apparaît

< Couverture >

La Vie des animauxTierlebenpar Axel HACKE • 1997

Nous prétendons que le hareng aime l’eau froide, que le caniche est nerveux, le rhinocéros pensif, l’éléphant colérique… Les girafes nous émeuvent, les crapauds nous répugnent et nous vouons aux cafards une haine sans pareille. Nous croyons bien les connaître ! Mais que savons-nous vraiment ? Observer ne suffit plus. Il nous faut inventer une

< Couverture >

Les Survivants des Sables RougesArt russe du musée de Noukous, Ouzbékistan – 1920-1940 1998

Années 1950 : Igor Savitski, artiste moscovite, s’installe en Ouzbékistan et devient le directeur-fondateur du musée de Noukous. Il entreprend d’y rassembler des toiles des années vingt et trente que des voyages à travers toute l’URSS lui permettent d’acquérir en grand nombre. Il prend le risque d’acheter des œuvres d’artistes d’avant-garde proscrits et son musée

< Couverture >

Noël russepar Ivan CHMELIOV • 1996

Le sbiten, vous connaissez ? Non ? C’est une boisson au miel et au gingembre, chaude, parfumée, sucrée, que l’on déguste, l’hiver, dans les rues de Moscou. Avez-vous vu les rozvalnias, ces solides traîneaux qui acheminent par convois, vers la capitale, des monceaux de cochons, d’oies, de gélinottes ? Non plus ? Mais vous allez

< Couverture >

Oeuvres sur papierpar Yaarit MAKOVSKI

Née en 1948 à Lodz, émigrée avec sa famille en Israël en 1950, élève de Jacques Lagrange et amie de César à vingt-deux ans, Yaarit Makovski est décédée accidentellement en 1997. Elle laisse une oeuvre impressionnante, faite de gravures, de dessins, de peintures, et le souvenir de plusieurs expositions personnelles à Paris, Stockholm, Amsterdam, Tel-Aviv,

< Couverture >

Paris par écritVingt écrivains parlent de leur arrondissement 2002

Guy Goffette (1er), Anne Weber (2e), Pierre Pachet (3e), Michèle Gazier (4e), Arnado Calveryra (5e), Dominique Norguez (6e), Vivianne Forrester (7e), Philippe Vilain (8e), Noëlle Chatelet (9e), Maria Maïlat (10e), Jean-Noël Pancrazi (11e), Colette Fellous (12e), Dominique Buisset (13e), Jérome Charyn (14e), Magda Carneci (15e), Nuno Judice (16e), Brina Svit (17e), Nimrod (18e), Tiphaine Samoyault

< Couverture >

Peindre le ciel… de Turner à Monet1995

Au début du XIXe siècle, Turner, Constable et Bonington cherchent à saisir les jeux de la lumière et des effets atmosphériques, les perspectives où eau et ciel finissent par se confondre. Leur influence sur la peinture de paysage est indéniable. Bientôt, de nombreux artistes anglais et français entreprennent de peindre le ciel. Ils trouvent souvent

< Couverture >

Réparateur de pâturagesCarnets d'Afrique par Jean-Claude BILLE • 1994

« J’ai passé ma vie à regarder pousser l’herbe. » Devenu Doctor Hudo – docteur des herbes –, Jean-Claude Bille sillonne les pistes du Zaïre, du Togo, de Haute-Volta, du Sénégal, du Kenya ou d’Ethiopie pour observer les pâturages. L’herbe est au coeur de son histoire. Elle garde la mémoire des conflits, des conversations, des catastrophes comme

< Couverture >

SharawadjiManuel du jardinier platoniquepar Pascale PETIT • mai 2010

Les rêves du jardinier – du jardinier interrogé, du jardinier amateur, du jardinier d’hier, d’aujourd’hui, du jardinier passionné, avisé, fatigué, du jardinier platonique – suscitent en nous le désir de les connaître et de savoir de quoi ils ne rêvent plus quand ils se réveillent. Dans le rêve de chaque jardinier, il y a une

< Couverture >

Sur les murs de ParisGuide des plaques commémoratives 1999

Cet ouvrage est d’abord un guide des noms qui contribuent à la mémoire des rues, soit près de 2 000 plaques commémoratives classées par ordre alphabétique et par arrondissement, des commentaires sur l’historique de ces hommages publics, leur répartition géographique et huit itinéraires conseillés, sur les pas de Victor Hugo, Molière, Marie Curie… C’est un

< Couverture >

Territoirespar Édith DUFAUX • 2004

Territoires est un abécédaire en quadrichromie, constitué de 27 planches richement illustrées et, en regard, de 27 phrases ou légendes jouant avec la lettre concernée. Par une exploration picturale et littérale, cet album invente pour chaque signe un univers imaginaire, un territoire propre mais connexe aux autres. A la fin du livre, sous forme de

< Couverture >

Vue sur kolkhoze d’un satellitepar Solomon Rossine • 2000

Né à Moscou, Solomon Rossine vit aujourd’hui en France. Son style semble s’apparenter à Chagall, mais l’humanité qu’il peint est beaucoup plus paradoxale et le rapproche de Van Gogh, Brueghel, Goya. Le paradoxe est la clef de son œuvre : c’est le paradoxe de la vie soviétique d’hier et de la vie russe d’aujourd’hui ; le paradoxe

< Couverture >

En Russie au temps d’Elizabethpar Charles de BEAUMONT, Chevalier d’ÉON • 2006

En 1759, le Chevalier d’Eon effectue, sur ordre de Louis XV, une mission secrète en Russie. Le pays est alors dirigé par une femme, Elizabeth Petrovna ou Elizabeth Ire, fille de Pierre le Grand. La Russie d’Elizabeth Ire – comme, auparavant, celle de son père – est alors mal connue des Français qu’elle intrigue. Louis

< Couverture >

Journal caucasien (1928-1931)Suivi de Carnet moscovite (1953) par Paolo VITA-FINZI • 2000

Consul général d’Italie en Géorgie de 1928 à 1931, Paolo Vita-Finzi rapporte du Caucase et d’URSS notes et carnets. Ce Journal caucasien est ainsi la synthèse, a posteriori, d’impressions et de réflexions « sur le vif ». Le Carnet moscovite date, lui, de 1953 et d’un nouveau voyage de l’auteur dans une URSS qui commence tout juste à

< Couverture >

La diplomatie au péril des « valeurs »Pourquoi nous avons eu tout faux avec Trump, Poutine et d'autres...par Jean de Gliniasty • mai

Force est de le constater : la France a perdu de son crédit et de son rayonnement dans le monde. Sa politique étrangère, sa diplomatie n’impressionnent guère. La diplomatie européenne, en outre, est dans l’incapacité de compenser ses manques, ce qui n’arrange rien. « Autrefois, constate l’auteur, on parlait du droit international et des intérêts

< Couverture >

Les Massacres de DiarbékirCorrespondance diplomatique du vice-consul de France Gustave Meyrier par Claire Mouradian, Michel Durand-Meyrier • 2000

Les dépêches, télégrammes et rapports, adressés par Gustave Meyrier à l’ambassade de France à Constantinople, font revivre sur le terrain, au jour le jour, les événements terribles de 1895, qui virent des dizaines de milliers d’Arméniens de l’Empire ottoman se faire massacrer par les Turcs – sorte de répétition générale du génocide de 1915. « Il

< Couverture >